Dans les coulisses de la Sorbonne

Dans les coulisses de … l’amphi Richelieu

Je sais, je sais. Cet amphithéâtre, pour vous, c’est de bien grands maux : mal de dos, mal de tête (à force d’essayer de toutes vos forces d’entendre ce que votre professeur raconte dans son micro mais qui est complètement inaudible dès que l’on s’éloigne du 3ème rang) et mal de cou (parce qu’il y a trop de choses et de gens à regarder, ceci sur 360°). Mais sous sa (bonne) couche de poussière, cet amphi cache aussi quelques secrets…Amphi Richelieu

SON HISTOIRE

L’amphithéâtre que l’on connait aujourd’hui date de 1901. Il a été construit par l’architecte Henri-Paul Nénot qui avait remporté le concours d’architecture. Son nom rend hommage au cardinal de Richelieu qui, une fois devenu proviseur du Collège de Sorbonne en 1622, avait demandé à son architecte Jacques Lemercier de faire des travaux et d’agrandir l’université qui tombait en ruines et devenait trop étroite. Le plan des nouveaux bâtiments ressemblait à celui qui existe encore aujourd’hui : trois bâtiments encadrent une grande cour fermée par la chapelle sur le quatrième côté. Cette construction est achevée en 1648, après la mort du cardinal. Son corps repose encore aujourd’hui dans la chapelle.
Le Saviez-vous ? Le tableau de l’amphithéâtre a été marouflé en 1903 par le peintre Dagnan-Bouveret pour la somme de 16 000 francs or. L’architecte Nénot lui en avait fait commande en 1894. Cette huile sur toile marouflée s’intitule Apollon et les Muses au sommet du Parnasse et a été saluée par la presse de l’époque.

SES COULISSES

Un escalier secret permet d’accéder aux combles de l’amphithéâtre et d’accéder à la verrière. Il n’est pas très difficile de comprendre pourquoi l’éclairage de l’amphi est très mauvais. Un velum permettait autrefois de gérer la luminosité de la pièce mais celui-ci a été endommagé. Il a donc fallu le fermer définitivement de manière à ce que la pièce puisse être assez sombre lorsqu’un spectacle est organisé en soirée. Des lampes ont donc été rajoutées en remplacement de ce velum mais elles ne sont pas assez puissantes, ce qui ne facilite pas vraiment les choses.
Si l’on met de côté ces quelques points négatifs, l’endroit est assez impressionnant. On peut y voir la structure du bâtiment, qui rappelle les matériaux utilisés pour la Tour Eiffel. De nombreuses inscriptions retracent le passage d’employés ou de techniciens. On peut même y trouver les anciens panneaux électriques de l’amphithéâtre.

LA PETITE ANECDOTE

Vous l’aurez remarqué, cet amphithéâtre est plus qu’inconfortable ! Mais saviez-vous que ceci est purement intentionnel et que ce critère figurait parmi les demandes faites à son architecte ? Des bancs au dossier très droit, pas de petite table pour écrire. Tout ceci a été pensé pour empêcher les étudiants de s’affaler sur leur table et de dormir pendant le cours.
Et oui, à la Sorbonne, ça ne rigole pas !

Le petit escalier qui mène à la verrière.

Le petit escalier qui mène à la verrière.

Des étudiants en plein cours.

Des étudiants en plein cours.

Le velum hors service.

Le velum hors service.

Au-dessus de la verrière.

Au-dessus de la verrière.

Inscriptions sur les murs.

Inscriptions sur les murs.

Alexandra Vieira

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s