Cinéma

Une semaine au cinéma – Du 6 au 12 avril 2015

Une semaine au cinéma revient pour la troisième fois avec quatre films à voir dès le mercredi 8 avril ! Cette semaine les grands acteurs flirtent avec l’originalité pour nous offrir des productions surprenantes. Pour ceux qui se lassent des comédies de bons sentiments, Une semaine au cinéma vous comble cette fois-ci avec trois thrillers à l’atmosphère inquiétante et au suspense intenable.

Lost River

Le tant attendu, Lost River.
Ryan Gosling a de nouveau son nom en haut de l’affiche! Mais cette fois-ci, il passe derrière la caméra pour réaliser un film produit par la géniale société de production Le Pacte connue entre autres pour Timbuktu, ou encore The Voices. Difficile de bien cerner le pitch de ce thriller fantastique tant la bande-annonce est obscure. En bref, l’action se déroule dans une ville laissée à l’abandon et suit d’un côté Billy, mère de deux enfants, qui accepte une job dont la nature nous est inconnue mais qui semble très étrange et peu recommandable. De l’autre, son fils aîné Bones, lié a une jeune fille qui lui apprend l’existence d’une cité submergée mais accessible par un petit chemin. Spécial, je vous l’accorde. Mais la bande-annonce met l’eau à la bouche et donne envie d’en savoir plus sur ce premier long métrage.
Espérons que Monsieur Gosling soit aussi bon en créneau qu’en réalisation!

 Cake

Cake de Daniel Barnz avec la célèbre Jennifer Aniston.
On retrouve l’actrice dans un nouveau film loin des grosses productions dans lesquelles elle a l’habitude de (plus ou moins bien) jouer. Elle incarne dans Cake le rôle d’une femme blessée lors d’un accident qui souffre physiquement et moralement. Se réfugiant dans l’agressivité, le sarcasme, les médicaments et l’alcool, Claire Benett se retrouve seule mise à part sa femme de ménage Silvana, jouée par Adriana Berraza, qui reste à ses côtés pour l’épauler. A la suite du suicide d’Anna, l’une des membres de son groupe de soutien, Claire se met à réfléchir et se rapproche de la famille de la défunte. Cette remise en question est l’occasion pour cette écorchée vive de changer de combat, de se battre contre la maladie et non contre les gens. On est curieux de voir Jennifer Aniston d’habitude toujours éclatante de beauté dans un rôle aussi peu… confortable où elle n’apparaît ni maquillée, ni apprêtée. Après Comment tuer on boss? et La famille Miller, l’actrice a peut être trouvé sa voie dans des films plus sensibles.
A voir avec sa boite de mouchoirs…

Dark places

Dark Places, un thriller qui fait froid dans le dos.
Autre film porté par une célèbre actrice, qui n’est autre que Charlize Theron, et réalisé par Gilles Paquet-Brenner. Tout commence par un drame : Libby Day, huit ans, assiste au meurtre de sa mère et de ses soeurs et son témoignage permet d’arrêter son frère reconnu coupable. Mais, plusieurs dizaines d’années plus tard une équipe d’enquêteurs amateurs: le Kill Club décide d’aller fouiner dans cette affaire et pousse Libby à se replonger dans ce drame mettant en doute son témoignage de l’époque. Le mystère plane autour du frère, de l’une de ses copines de l’époque et de pleins d’autres acteurs dans cette sordide affaire.
Vous l’aurez compris, voilà de quoi ravir les enquêteurs en herbe grâce à ce thriller dont la bande-annonce pour une fois ne révèle rien des éléments de l’enquête laissant le suspens à son comble.

L'Astragale

L’Astragale, mon coup de coeur de la semaine.
On finit avec ce film dont l’affiche dans le métro m’a tout de suite interpellée. « Un film en noir et blanc! Non mais quelle idée?! » L’idée de la nouveauté, de l’original. Il faut savoir souligner les prises de risques de certains réalisateurs comme celle de Brigitte Sy qui réunit à l’écran Leïla Bekhti et Reda Kateb qui est décidément l’acteur de la semaine ! L’histoire se passe en 1957. Albertine jeune délinquante saute le mur de sa prison où elle est enfermée pour un hold-up. En tombant elle se casse l’astragale, un os du pied, et elle est recueillie par Julien, lui aussi délinquant qui la cache chez une amie à Paris. Albertine découvre alors la survie, se prostitue, enchaine les planques pour ne pas se faire découvrir en attendant Julien. Brigitte Sy qui avait déjà réalisé Les mains libres en 2010, autobiographie racontant l’amour d’un détenu avec une scénariste, revient pour un second long métrage qui lance beaucoup de promesses.

A la semaine prochaine !

Coline Vazquez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s